Chez le chat

Otite chez le chat : symptômes, traitement et prévention

Votre chat peut-il avoir une otite ?

Une otite est une inflammation du conduit auditif de l’oreille, dont les causes sont multiples, et dont les symptômes sont souvent évocateurs, touchant une ou les deux oreilles. Les chats comme les chiens sont sujets aux otites bien que moins fréquemment, et les causes ne sont pas totalement identiques.

Une otite peut être, en fonction de la cause, soit d’apparition rapide ou aiguë, soit chronique, et son traitement peut devenir d’autant plus difficile que la maladie est installée depuis longtemps. Dans certains cas avancés, une otite peut entraîner une altération de l’état général si une infection s’étend au reste du corps, et votre chat peut alors présenter de la fièvre, des vomissements, perdre l’appétit, et être prostré. Si l’otite touche les structures profondes de l’oreille en arrière du tympan (oreille moyenne responsable de l’ouïe, oreille interne responsable de l’équilibre), votre chat peut également être atteint de surdité ou de pertes d’équilibre.

Il convient donc de consulter un vétérinaire rapidement lorsque vous remarquez des signes d’inconfort au niveau des oreilles chez votre chat.

Quelles sont les causes d’otite chez le chat ?

Comme dit plus haut, les causes d’otites sont variées. Il convient de distinguer les facteurs prédisposants qui ne sont pas à eux seuls responsables d’otites mais favorisent leur apparition, les facteurs primaires qui sont à l’origine des otites, et les facteurs secondaires qui profitent de l’otite pour se développer et aggravent les symptômes. 

Les facteurs prédisposants chez le chat sont principalement ceux qui favorisent le maintien d’un milieu humide dans les oreilles, bien que plus rares que chez les chiens car leur anatomie reste moins variable d’une race à l’autre : oreilles tombantes et conduit étroit chez certaines races comme le Scottish Fold, intérieur des oreilles poilu, tendance à la baignade. Un nettoyage des oreilles de votre chat avec un produit inadapté et de manière trop agressive ou fréquente, peut également entraîner des irritations et favoriser les otites.

Les facteurs primaires, qui constituent l’élément déclencheur de l’otite, sont également moins variés que chez le chien :

  • parasitaire : facteur prédominant chez le chat, un petit acarien du nom d’Otodectes, (photo ci-dessous à gauche) se limitant principalement aux oreilles, très contagieux et qui gratte énormément, mais dont le traitement est fort heureusement plutôt facile.
  • tumoral : parmi les tumeurs localisées dans l’oreille, les polypes sont les plus fréquentes. Les chats ont tendance à présenter ces petites tumeurs bénignes (donc non cancéreuses) appelées polypes, souvent retrouvés dans les oreilles, et qui en prenant du volume peuvent obstruer le conduit auditif. Cela empêche alors l’évacuation et l’aération de l’oreille, qui peut macérer et s’irriter. 
  • allergique : en cas d’allergie dont l’origine peut être environnementale, parasitaire ou encore alimentaire, la peau des chats peut s’irriter, notamment à l’intérieur des oreilles, et être à l’origine d’otite. Dans ces cas-là, le terme d’eczéma est souvent employé par erreur, car on observe des rougeurs cutanées semblables à ce que l’on retrouve chez les personnes souffrant d’eczéma.
  • traumatique : les corps étrangers étant la cause la plus fréquente (herbe, épillet)

Enfin, les facteurs secondaires sont des bactéries et des levures (champignons microscopiques), présents normalement en très faible quantité dans les oreilles et sur la peau, qui se développent au détriment des autres micro-organismes présents en temps normal. Ce déséquilibre de la flore cutanée est à l’origine d’une aggravation de l’otite, on parle alors d’infection, qui peut s’étendre, à terme, à l’ensemble de l’organisme (photo ci-dessous droite).

Quels signes lors d’otite chez le chat ?

Il est normal que votre chat, comme n’importe quel animal ou personne, se gratte de temps en temps le corps ou les oreilles : il ne faut pas s’inquiéter d’une otite dès que votre compagnon se gratte les oreilles. Le plus important est d’être attentif à tout changement de comportement de votre chat. 

En cas d’otite, vous vous rendrez rapidement compte qu’il présente un inconfort au niveau des oreilles. On peut alors remarquer que le chat se secoue la tête, se gratte de plus en plus régulièrement les oreilles. Certains peuvent devenir douloureux voire agressifs à la manipulation des oreilles, qui peuvent apparaître rouges à l’extérieur et/ou à l’intérieur. Si l’otite est surinfectée, on peut sentir dans l’oreille une odeur nauséabonde, et la présence de sécrétions plus ou moins sèches et de couleur allant du marron clair au noir avec des possibilités de traces de sang.

Otite chez un chat européen avec présence de sécrétions cérumen abondantes et due à une gale.
Crédit photo : Dr. Nicolas Lebrun

Certains chats peuvent présenter des tâches à l’intérieur des oreilles qui de prime abord peuvent être confondues avec des sécrétions, mais qui sont en réalité de simples pigmentations de la peau : attention à ne pas les prendre pour des saletés !

Tâches ou pigmentations cutanées à l’entrée de l’oreilles d’un chat européen
Crédit photo : Dr. Nicolas Lebrun

A force de se gratter, les chats peuvent rapidement s’occasionner des blessures pouvant être sévères, au niveau de la base des oreilles ou sur les côtés de leur tête. Avec leurs griffes souvent acérées, ces plaies peuvent aller jusqu’au sang et s’étendre de façon large. Les lésions induites sont parfois particulièrement impressionnantes.

Enfin, et bien que les chats y soient moins sujets que les chiens car leurs oreilles sont moins grandes, il est possible qu’un hématome apparaisse dans l’épaisseur du pavillon de l’oreille à force de se gratter : on parle alors d’othématome. Bien que sans danger pour la vie de votre chat, cette affection est très douloureuse et doit être prise en charge par un vétérinaire sous anesthésie afin de vider l’oreille du sang accumulé et la suturer pour éviter les récidives. Dans ces rares cas, l’oreille peut alors garder un aspect inesthétique cartonneux et épaissi après cicatrisation.

Quels traitements pour l’otite chez le chat ?

Le traitement d’une otite dépend évidemment de la cause. Dans la grande majorité des cas, si votre chat semble souffrir d’une otite, il convient de le faire examiner par un vétérinaire. Ce dernier cherchera alors d’une part la cause primaire à l’origine de l’otite, mais également si l’oreille est surinfectée par des bactéries ou champignons (les fameux facteurs secondaires décrits plus haut), afin d’adapter son traitement ainsi que le suivi nécessaire à la bonne gestion de cette maladie.

Plusieurs actes pourront être alors réalisés, de la visualisation du conduit auditif avec un otoscope, à l’examen au microscope des sécrétions retrouvées dans les oreilles, en passant par des prélèvements de peau. Certains cas peuvent être complexes et nécessiter des recherches approfondies. Il est important de noter que souvent, la cause primaire à l’origine d’une otite peut être difficile à mettre en évidence : le vétérinaire affine alors son diagnostic au fur et à mesure des examens qu’il réalise. Il faut donc prévoir la possibilité que le diagnostic prenne du temps, de plusieurs jours à parfois plusieurs mois. Dans ces cas-là, il faut s’armer de patience et travailler de concert avec le vétérinaire pour réussir à mettre le doigt sur la cause primaire. 

Fort heureusement, ces cas compliqués sont assez rares, et une otite se résout donc souvent en quelques jours, avec un simple traitement visant à réduire l’inflammation de l’oreille à l’origine de l’inconfort et éliminer les bactéries et champignons pathogènes. Ces traitements peuvent prendre plusieurs formes : ce sont le plus souvent des crèmes ou des gouttes  à appliquer une ou plusieurs fois dans l’oreille atteinte, associées ou non à des comprimés à faire avaler. Si la cause primaire a été diagnostiquée, un traitement spécifique peut également être ajouté. 

De même qu’il est inutile de se désinfecter les mains si elles sont pleines de terre, un nettoyage convenable du conduit auditif préalable à tout traitement est également primordial, afin de commencer le traitement sur une oreille propre. Le premier est généralement réalisé en consultation chez le vétérinaire, à qui vous pouvez demander des conseils sur la meilleure manière de s’y prendre. Les suivants seront ensuite à réaliser à la maison, à une fréquence déterminée en accord avec le vétérinaire, afin d’assainir l’oreilles sans trop l’irriter, car trop nettoyer peut favoriser les otites. Un nettoyant adapté doit être utilisé, qui aidera à éliminer les sécrétions tout en restaurant la barrière cutanée ayant été altérée.

Dr Lebrun

Dr Lebrun

Cabinet vétérinaire du Dr Morin : www.vet-josepha.com
Diplômé : Lyon 2017

Partager