Chez le chien

Otite chez le chien : causes, symptômes, traitement et prévention

Les otites du chien font partie du top 5 des motifs de consultation les plus fréquents chez les vétérinaires. Chaque vétérinaire en voit quasiment une par jour. Il y a donc une certaine probabilité que votre chien y soit confronté au moins une fois au cours de son existence. L’article suivant vous donnera des éléments pour vous aider à les comprendre.

L’oreille, un organe à l’anatomie particulière

L’oreille du chien comporte certaines similitudes anatomiques avec celle des hommes. Cependant une grande différence les distingue et explique la plus grande sensibilité des chiens aux otites : la forme du conduit auditif. Alors que le nôtre est quasiment droit, celui du chien est coudé, avec un angle de presque 90°. Cette forme particulière ralentit la progression profonde des corps étrangers et protège ainsi l’oreille des agressions extérieures.  En contrepartie, elle complique aussi son aération et l’évacuation des débris, ce qui favorise l’apparition des otites. 

L’oreille se divise en 3 parties :

–       L’oreille externe : elle comprend le pavillon auriculaire (la partie libre de l’oreille dont la forme varie selon la race), et se poursuit par le conduit auditif. La longueur et la largeur du conduit augmentent avec la taille du chien : ils font respectivement de 5 à 10 cm et de 3 à environ 8mm. Le conduit auditif se termine par le tympan. Le pavillon et le conduit auditif sont tous les 2 tapissés de peau comportant, comme le reste de la peau du corps, des glandes sécrétrices et des poils. Cette peau recouvre un cartilage donnant à l’oreille sa forme particulière et sa tenue.

–       L’oreille moyenne : elle comprend le tympan, la bulle tympanique et les osselets qui transmettent les sons à l’oreille interne.

–       L’oreille interne : elle comprend la cochlée et le vestibule. Cette partie de l’oreille joue un rôle pour l’audition, mais aussi pour le maintien de l’équilibre.

Illustration : Anatomie du conduit auditif chez le chien
Crédit illustration : Dr. Angeliki Vamvaka

Qu’appelle-t-on une otite ?

L’otite correspond à une inflammation de l’oreille. Souvent il s’agit d’une inflammation compliquée d’une infection. 

De la même façon que l’oreille se divise en 3 régions, on distingue 3 types d’otites, selon la zone de l’oreille atteinte :

– les otites externes  

– les otites moyennes

– les otites internes

La plupart des otites rencontrées sont des otites externes. Mais une otite externe mal soignée, ou prise en charge trop tard, peut aboutir à une otite moyenne et ou interne, plus délicates à traiter.

C’est grave docteur ?

Souvent non, mais il convient de rester vigilant et de tendre l’oreille … 

Si votre animal est en bonne santé, que vous détectez rapidement son otite, et qu’il ne s’agit pas d’une récidive, il y a de grandes chances que son traitement ne soit pas complexe et que cela ne devienne rapidement qu’un mauvais souvenir (pour votre animal et pour vous). Cependant un petit pourcentage de cas d’otites peut donner lieu à des complications pouvant motiver des examens complémentaires lourds ou des chirurgies.

Les otites chez le chien : quand les suspecter ?

Comme chez l’homme, les otites sont des affections très désagréables et souvent douloureuses pour les chiens. Si votre compagnon à 4 pattes en est atteint, il y a donc de grandes chances que vous puissiez le suspecter en remarquant certains changements dans ses attitudes. 

Ainsi, les signes d’alerte les plus souvent rencontrés lors d’otite externe sont : 

–       La tête penchée (du côté de l’oreille atteinte)

–       Un secouage de tête 

–       Grattage de l’oreille, pouvant être accompagné de plaintes

–       Oreille sale et ou malodorante

–       Oreille qui coule

–       Oreille douloureuse au toucher. 

–       Oreille rouge et/ou enflée

–       D’autres signes moins spécifiques de l’otite mais pouvant être rencontrés lors de cette maladie : chien triste ou qui appréhende qu’on lui touche la tête.

Les symptômes d’une otite moyenne ou interne peuvent être impressionnants, mais pas forcément évocateurs d’un problème d’oreille pour les novices : il peut tout de même s’agir d’un port de tête penché. Mais aussi uniquement de problèmes d’équilibre, avec un chien qui a du mal à marcher droit, ou à tenir debout. 

Comme nous l’avons dit précédemment, les otites internes sont souvent consécutives à des otites externes. Lors d’otite interne liée à une otite externe, il arrive fréquemment que l’otite externe guérisse suite aux traitements apportés, et que l’otite interne persiste. Votre animal peut donc présenter une otite interne sans otite externe, ce qui peut compliquer son diagnostic.

Votre chien présente un des symptômes ci-dessus ? Parles-en à votre vétérinaire pour éviter toute complication
Crédit Photo : photo-vista.de / Gettyimages

A quoi peuvent être dues les otites ?

Les causes possibles d’otite sont nombreuses. 

Votre visite chez le vétérinaire, indispensable en cas d’otite, visera justement à la déterminer, pour adapter au mieux le traitement. 

Il peut s’agir de : 

–       Causes parasitaires : des parasites peuvent provoquer des otites. En temps normal, ils sont absents des oreilles saines. Leur présence provoque une irritation à l’origine d’une otite. Le principal agent incriminé est Otodectes cynotis, l’acarien responsable de la gale des oreilles. Il s’agit d’un petit parasite très contagieux visible à la loupe (pour les yeux avertis), qui, lorsqu’il parasite une oreille, va se nourrir de cérumen et provoquer une forte démangeaison chez l’animal.

Parmi les autres parasites pouvant être responsables d’otites nous pouvons citer Demodex, responsable de la démodécie et les aoûtats, qui peuvent venir irriter le pavillon auriculaire et favoriser l’apparition d’une otite. Enfin, méfiez-vous des puces, qui ne rentrent pas dans le conduit auditif mais peuvent venir se loger à l’extérieur de l’oreille, dans les poils à sa base et provoquer une démangeaison pouvant faire penser que l’animal est atteint d’otite.

–       Corps étrangers : comme nous l’avons dit précédemment, l’anatomie de l’oreille du chien diminue les risques de pénétration de corps étranger. Mais l’introduction d’un corps étranger reste possible, notamment en été lorsque les épillets envahissent les prés et les bas-côtés. Les épillets, dont le nom peut varier selon la région sont des graines de graminées équipées de longues ‘antennes’ favorisant leur dispersion dans les airs mais qui s’avèrent également très utiles pour s’accrocher aux poils des animaux. Une fois dans les poils ils cheminent sur la peau petit à petit et peuvent rentrer dans les oreilles, avancer dans le conduit auditif, jusqu’à parfois venir percer le tympan.

–       Causes allergiques : l’oreille étant recouverte de peau, tous les phénomènes responsables d’allergies cutanées peuvent avoir des répercussions sur les oreilles. Il arrive même dans certains cas, comme parfois lors de dermatite atopique, que l’otite soit le seul symptôme de l’affection. Les autres types d’allergies pouvant provoquer des otites sont les allergies alimentaires, de contact, voire dans certains cas les allergies aux piqures de puces. Les otites liées à des allergies sont souvent bilatérales et ont un caractère récidivant. C’est une des causes majeures de l’otite chez le chien adulte.

–       Tumeurs et polypes : quelle que soit sa nature, toute masse présente dans le conduit auditif ou à son entrée constitue un corps étranger qui perturbe le fonctionnement naturel de l’oreille, notamment en provoquant une accumulation de cérumen. 

–       Autres causes : certains troubles hormonaux ou immunitaires peuvent également engendrer des otites. Il s’agit de causes plus rares et plus complexes.Ces causes primaires d’inflammation vont favoriser les proliférations bactérienne ou fongique : les oreilles saines comportent naturellement une population de microorganismes, principalement des bactéries et des levures (il s’agit d’un type particulier de champignons). Ils participent notamment au maintien de l’équilibre de l’oreille. Si les conditions de température et d’humidité sont normales, cette microflore vit en ‘bon voisinage’ et n’entrave pas la santé de l’oreille. Au contraire, tout ce qui modifie le ‘microclimat’ de l ‘oreille externe (comme les causes vues précédemment) est susceptible de perturber cet équilibre précaire et favoriser leur prolifération, menant ainsi à une infection.

L’otite chez le chien : comment identifier la cause ?

Le diagnostic d’otite est souvent posé par le propriétaire de l’animal, les symptômes étant très évocateurs. 

Mais si votre chien souffre d’otite, il est indispensable de consulter un vétérinaire. En effet, seules les otites très bénignes pourraient potentiellement être soignées par un simple nettoyage. 

Une visite chez le vétérinaire permet d’identifier la cause de l’otite et d’appliquer un traitement adapté. 

Après un recueil des informations liées à votre visite, le vétérinaire examine le conduit auditif de votre animal à l’aide d’un appareil prévu à cet effet : l’otoscope. 

Bien que l’inflammation de l’oreille rende cet examen souvent très désagréable et parfois douloureux, il est indispensable car il aide à poser un diagnostic exact de la cause de l’otite, notamment en présence de corps étranger.  Lorsque l’oreille est trop douloureuse, il est parfois nécessaire d’endormir le chien pour procéder à cet examen et toute sécurité. 

Suite à cet examen, le praticien peut réaliser des prélèvements dans l’oreille, qu’il examinera lui-même au microscope ou enverra dans un laboratoire d’analyses s’il juge cela nécessaire. 

Lors de cas chroniques (quand le chien présente une otite en continu malgré les traitements) ou récidivants (quand le chien guérit de son otite mais rechute rapidement après), le vétérinaire peut vous conseiller de réaliser des examens complémentaires d’imagerie (scanner ou IRM). C’est notamment le cas lorsqu’une otite moyenne ou interne est suspectée.

L’otite chez le chien : comment la traiter ?

Le traitement dépend de la cause et du contexte : un corps étranger qui peut être retiré et qui ne s’est pas compliqué d’infection ne nécessitera pas d’antibiotiques (les antibiotiques servent à lutter contre les bactéries). De même, une première otite due à une prolifération bactérienne ne sera pas traitée comme une otite bactérienne récidivante. 

Généralement les otites requièrent un traitement local, c’est-à-dire qu’elles nécessitent l’application de produits dans l’oreille.

Ce traitement local consiste souvent en l’utilisation 

– D’un produit nettoyant. Il en existe plusieurs sur le marché et votre vétérinaire prescrira le plus adapté aux besoins de votre animal. La fréquence du nettoyage est à adapter au cas de votre chien.

D’un médicament sous forme de pommade ou de gouttes à base d’anti-inflammatoires et/ou d’antibiotiques et d’antifongiques. Ce type de produit nécessite en général une ou plusieurs applications quotidiennes, pendant 5 à 21 jours selon la spécialité.

Certaines otites plus sévères ou douloureuses nécessitent en plus un traitement par voie orale, associant souvent des antibiotiques à des anti-inflammatoires. 

Les otites d’origine parasitaire requièrent parfois l’utilisation d’antiparasitaires à appliquer sur la peau ou par voie orale.

Enfin les otites liées à des phénomènes allergiques peuvent imposer des changements alimentaires ou domestiques (changement de gamelle, de lieu de couchage) …

Comment prévenir les otites ?

Comme dit plus haut, tout facteur susceptible de perturber le ‘micro-climat’ de l’oreille favorise l’apparition des otites. Les baignades, et les courants d’air (notamment lorsque votre animal passe la tête à la fenêtre de la voiture) sont les grands ennemis de l’oreille.

Vous pouvez aussi diminuer les risques d’introduction de corps étrangers végétaux dans l’oreille en évitant de promener votre chien dans les herbes hautes à la saison chaude et en inspectant ses oreilles au retour de chaque balade pour retirer les herbes pouvant s’y être accrochées. Vous limiterez également l’accrochage des corps étrangers en épilant ou en coupant les poils de l’intérieur de l’oreille. 

Notez que même en absence de corps étrangers, les poils abondants de certaines races de chiens (les Caniches notamment) peuvent engendrer une otite par un phénomène d’irritation ou la formation de bouchons de cérumen. 

Les parasites responsables d’otite sont principalement des parasites présents en collectivité (chenils, élevages, pension…). Si votre chien doit se rendre dans un rassemblement de chien, vous limiterez les risques de contagion en le traitant préventivement au préalable contre ces parasites (plusieurs antiparasitaires externes préviennent à la fois les puces, les tiques et les agents de gale). 

Enfin, certaines races sont prédisposées aux otites (à cause par exemple de l’anatomie de leur conduit auditif ou d’une production naturellement excessive de cérumen). Il s’agit entre autres des Labradors, Golden retrievers, chiens de chasse à oreilles tombantes, Bassets, Cockers, Sharp pei …. Si vous possédez un animal de cette race, il est conseillé d’être particulièrement attentif à la santé de ses oreilles, pour prévenir si possible l’installation d’otites.Chez ces chiens, ainsi que chez les animaux se baignant souvent ou ayant eu des otites, il peut être conseillé de nettoyer régulièrement les oreilles pour éviter l’accumulation de cérumen ou la prolifération de micro-organismes indésirables. Demandez conseil à votre vétérinaire qui vous indiquera notamment la fréquence de nettoyage et le produit le plus adapté à votre animal.

Quelles sont les complications de l’otite?

Une otite peut donner lieu à des complications, en particulier les otites chroniques ou récidivantes. 

Toutes les otites peuvent entraîner un othématome. Il s’agit d’une poche de sang se formant sur la partie interne du pavillon de l’oreille, entre la peau et le cartilage. Elle se forme lorsque des vaisseaux sanguins éclatent suite à un secouage ou grattage d’oreille trop violent (cela peut aussi se former suite à un choc sur l’oreille en absence d’otite). La poche est plus ou moins grande selon les cas, et pas ou peu douloureuse. Le traitement de cette complication est chirurgical et consiste à vider cet hématome et à maintenir la peau collée au cartilage pendant quelques jours, par différentes méthodes chirurgicales. Cette complication étant plus inesthétique que grave, selon le contexte, il n’est pas rare que le vétérinaire déconseille la chirurgie : l’othématome évoluera alors et donnera un aspect fripé (de feuille de chou) à l’oreille (comme chez certains rugbymen).

Les otites moyennes et internes peuvent entraîner une surdité ou des répercussions neurologiques. 

Enfin, les otites chroniques ou récidivantes peuvent engendrer un rétrécissement du diamètre du conduit auditif. Cette complication dite sténose du conduit auditif peut définitivement empêcher toute guérison et motiver une chirurgie de l’oreille.

Un simple contrôle peut suffire à desceller une otite chez votre chien. En cas de doutes, parlez-en à votre vétérinaire !
Crédit photo : fongleon356 / Gettyimages
Dr Virginie Martin Pelaez

Dr Virginie Martin Pelaez

Clinique vétérinaire du Saison (64470)
Diplômée : Toulouse 2009

Partager