Chez le chat

L’ablation du conduit auditif chez le chat

Dans quels cas faut-il procéder à l’ablation du conduit auditif du chat ?

L’ablation du conduit auditif est préconisée lorsqu’une maladie de l’oreille ne répond plus au traitement médical ou lorsque ce dernier n’est pas possible.

Le principal motif est une otite chronique ou récidivante qui se caractérise par une inflammation et une infection persistantes. Elle est à l’origine du développement de lésions irréversibles du conduit auditif tels qu’un épaississement et une fibrose, qui vont jusqu’à provoquer une occlusion. 

Par ailleurs, la présence d’une tumeur dans l’oreille du chat ou sur le pavillon est également une indication de l’intervention.

Enfin, une malformation congénitale du conduit auditif, lorsqu’elle est handicapante, peut conduire à la chirurgie.

Les symptômes que l’on peut retrouver dans ces pathologies sont des démangeaisons de l’oreille, des secouements de tête, une oreille douloureuse et malodorante, une accumulation de cérumen dans le conduit, une perte de l’audition ainsi que des troubles neurologiques tels qu’un port de tête penché ou des pertes d’équilibres.

Comment procède-t-on à l’ablation du conduit auditif ?

La chirurgie de l’ablation du conduit auditif du chat malade consiste à retirer l’intégralité du conduit auditif sous anesthésie générale. Elle est associée à l’ouverture de la bulle tympanique (ou oreille moyenne) pour la nettoyer de toute infection et la drainer. Le pavillon auriculaire reste maintenu en place. 

En amont, le vétérinaire va procéder à un examen complet de l’oreille. Il va utiliser un otoscope, sous sédation si le chat est très douloureux, pour visualiser les dégâts sur le conduit auditif et le tympan. En effet, un tympan déchiré laisse passer les bactéries et peut occasionner une infection de l’oreille moyenne. 

Le vétérinaire va ensuite proposer des examens d’imagerie (scanner, IRM, radiographies) afin de vérifier notamment, l’intégrité de l’oreille moyenne. Dans le cas d’un cancer de l’oreille, cela va permettre d’évaluer l’étendue de la tumeur et d’identifier des éventuelles métastases.

L’ablation du conduit n’est préconisée que lorsqu’aucun traitement médical ne fonctionne
Crédit Photo :Iuliia Alekseeva / Gettyimages

Mon chat sera-t-il sourd après la chirurgie?

En effet, le chat ne pourra plus entendre du côté de l’oreille opérée. Cependant, cela a peu d’incidence puisque son audition était déjà certainement nettement diminuée avec la maladie. Paradoxalement, il arrive d’avoir l’impression que le chat entende mieux. En effet, la chirurgie ayant soulagé la douleur, le chat est plus réactif aux stimuli, et on a l’impression qu’il entend.

La chirurgie permet un traitement définitif des otites chroniques. Au-delà du confort indéniable de l’animal qui en découle, cela élimine la contrainte des traitements lourds et incessants des otites récidivantes, les manipulations douloureuses, et le risque d’apparition de résistances aux bactéries consécutivement à l’utilisation d’antibiotiques locaux de façon répétée.

Dans le cas du cancer auriculaire, si la tumeur a pu intégralement être retirée et qu’elle ne s’étendait pas à l’oreille moyenne ni au cartilage, la chirurgie peut être curative. Sinon, elle nécessite un traitement adjuvant de type radiothérapie.

Quelles sont les autres conséquences d’une ablation du conduit auditif chez le chat ?

D’un point de vue esthétique, étant donné que le pavillon de l’oreille est conservé, il y a très peu de conséquences. On observe parfois une chute discrète de la tenue l’oreille.

Les complications post-opératoires incluent une inflammation ou une infection locale au niveau de la plaie chirurgicale. Celle-ci se situant juste en dessous de l’oreille.

Dans certains cas, un syndrome de Claude Bernard Horner (du nom du scientifique ayant décrit les symptômes) peut apparaître dont l’origine est un traumatisme d’un nerf qui passe par l’oreille moyenne. Il se traduit par une pupille qui reste petite, par un œil à moitié fermé et par la remontée de troisième paupière sur l’oeil (la petite membrane rosée qui prend naissance au niveau du coin de l’oeil)l. Il disparaît dans la majorité des cas en quelques semaines.

Plus rarement, une paralysie faciale est constatée dont l’origine est un traumatisme du nerf facial qui passe juste à côté de l’oreille. Elle se traduit par une incapacité à fermer la paupière et par des babines tombantes du côté atteint. Elle disparaît également dans la plupart des cas.

Des pertes d’équilibre de l’animal ou une tête penchée peuvent survenir également mais sont souvent réversibles.

Dr Yessenia Alves

Dr Yessenia Alves

Instagram @veto.insta
Diplômée : ENVA 2011

Partager